Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(s) : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

jeudi 20 septembre 2012

Le démon de l'opposition


On ne déplorera jamais assez la volonté manichéenne des idéologues politiques ou religieux, de diviser les gens en « bons » et en « mauvais ». 

Il n'y a pas d'un côté, les monothéistes en état de grâce et de l'autre, les païens et non-croyants voués à l'enfer. 

Ou d'un côté, les braves travailleurs et de l'autre, les méchants patrons. 

Il y a l'humain, avec dans chaque catégorie une immense diversité de caractères. 

Mais détester « l'autre » est un exutoire si apprécié que personne ne se rebelle contre ces classifications primaires, facteurs de clivage et de haines.  

6 commentaires:

  1. La société créée elle même le "Bien" et le "Mal"...
    Mais alors pourquoi dans ton roman tu parles de Mal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question très pertinente ! :-) Le ressort de la fantasy, c'est généralement la lutte du Bien contre le Mal, un affrontement auquel les lecteurs adhèrent volontiers. Dans mon roman, j'insiste beaucoup sur le fait que Bien et Mal cohabitent partout, et qu'il faut se garder de tout manichéisme. Mes héros combattent "le Mal absolu", incarnant l'essence de la cruauté, de la volonté de destruction, telles qu'elle se rencontrent rarement en un même individu.

      Supprimer
    2. Je vois donc c'est là qu'on y voit totalement l’œuvre fictionnelle ;)

      Supprimer
  2. Le yin et le yang :)

    On a tous une part d'ombre et de lumière en nous.
    Certains sont juste trop hypocrites ou bien pensants pour se l'avouer.

    Pourtant, personne n'est parfait, on le dit souvent...
    On a tous des qualités, des défauts. Je ne sais plus trop dans quel blockbuster américain j'avais entendu ça étant gamine, mais le héros disait que le monde n'était ni noir ni blanc à ses yeux. Juste horriblement gris.

    Le "horriblement" est contestable d'ailleurs. Pour ma part, j'y vois juste une richesse, une diversité, résultant de l'entrelacement de deux notions antagonistes.

    RépondreSupprimer