Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(s) : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

jeudi 20 septembre 2012

Tout faux !

Un article intéressant qui souligne, mieux encore que le livre dont il traite, l'incroyable méprise de toute une génération. Mais faut-il vraiment s'étonner ? Cartésiennes et jacobines, soucieuses de tout organiser et effarouchées par l'auto-expansion du Net, les élites françaises fascinées par la machine informatique sont tout simplement passé à côté du moteur : l'humain. Internet, c'est comme ces gigantesques structures coralliennes où se faufile et s'épanouit tout un biotope; ses innombrables canaux régulent moins qu'ils ne favorisent la circulation des idées et l'expression des sentiments. Et c'est cela, le secret... 

5 commentaires:

  1. Je suis contre les e-books, et sérieusement on va maintenant trouver des livres en streaming ! :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu es contre, et je t'accorde que rien ne remplace l'objet-livre ♥. Mais il faut voir l'aspect positif des e-books : ils sont accessibles à prix modéré, voire gratuitement, et sans sortir de chez soi (pense à ce que cela apporte, par exemple, aux personnes à mobilité réduite). Je crois sincèrement que l'e-book aidera beaucoup à la démocratisation de la culture.

      Supprimer
    2. Oui mais d'un côté les commandes existent ? Les livraisons ! Et certains éditeurs ne changent malheureusement pas tellement le prix e-book !

      Supprimer
  2. Ces guégerres pro et anti-ebooks commencent à m'agacer pour ma part... Je me sens souvent jugée par les réfractaires... Genre je suis forcément une "pirate", je n'aime pas vraiment le livre, le vrai, je participe activement à la mort des libraires... et j'en passe.

    Dans un monde parfait, je serais restée 100% papier, mais il ne l'est pas... Manque de place pour raison principale. Puis le massacre des forêts amazoniennes. Et la possibilité d'acheter des nouveautés outre-atlantique sans devoir se fier à d'obscurs fournisseurs américains avec souvent des délais de livraison à rallonge.

    L'ebook ne tue pas la littérature, c'est juste un nouveau média de développement :)

    RépondreSupprimer
  3. Là encore, je suis 100% d'accord. Livre papier et e-book sont complémentaires : l'e-book est pratique, économique, et est doublement profitable à la culture, car des livres plus accessibles (financièrement et géographiquement, car enfin pense-t-on aux gens qui ne se déplacent pas facilement ?), c'est profitable à la fois aux lecteurs et aux auteurs. Et, par voie de conséquence, à toute la filière livre.

    RépondreSupprimer