Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(s) : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

samedi 27 octobre 2012

L'idéologie rend c... culturellement partial (2) : la taxe Google



Décidément les politiciens français sont formatés pour une autre planète.
Mus par l'obsession légitime de conserver leurs électeurs protéger les plus faibles, ils menacent à cor et à cri de taxer un « puissant » (américain, en prime) : Google. Des fois que le citoyen ébloui les prendrait pour Robin des Bois.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur cette pantalonnade :

Nos brillantes élites feraient mieux de s'informer des réalités en lisant les réactions des internautes, souvent fort bien argumentées. Mais comme tout cela n'est qu'un attrape-couillons jeu de postures, j'imagine que lesdites élites se moquent royalement d'être crédibles, pourvu qu'elles soient crues. Tant pis !

Moi, j'aime à croire que les esprits libres de l'ère numérique finiront par déborder nos idéologues garde-chiourmes, et qu'il en sortira un monde nouveau. Un monde échappant autant que possible à la tutelle des autorités, ô divine perspective ! 
Nos représentants ne devraient-ils pas mener grand train à nos crochets et en échange, nous ficher la paix se soucier seulement de nous assurer liberté, sécurité et justice, plutôt que de se mêler de tout en prétendant tout réguler, vanitas vanitatum ?

Le monde qu'ils nous ont concocté, une inextricable pelote de réglementations absconses qui prétendent nous tenir en laisse protéger, étouffe peu à peu tout espoir et toute créativité. Au contraire, le Net tricote peu à peu un univers où déployer nos ailes. Patience ! Le changement, le vrai, est en marche.

Sur internet, les citoyens parlent aux citoyens. La web-liberté d'expression finira par balayer structures sclérosées et calculs politiciens. Et qu'importe si au passage, des Google et des Facebook s'enrichissent ? Ce qui compte, c'est ce que nous ferons de nouveau, d'imprévu, de révolutionnaire avec ces outils inespérés. Pour le moins, ce sera passionnant...

En attendant, couper la télé pour surfer sur la Toile est une bouffée d'air pur. Geeks, je vous aime !