Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon ou explorer mon profil https://www.facebook.com/EBKoridwen et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc : une enthousiasmante communauté de plus de 4 000 passionnés du livre.

On m'a demandé ce que veut exprimer l'image ci-dessus. Réponse : le désir ardent – qui fonde l'art d'écrire – de rendre ses textes plus affûtés, plus rayonnants ;

l'amour de la littérature, le goût de l'atypisme, l'exigence vis-à-vis de soi-même… Mais par-dessus tout, je voudrais simplement être un peintre de la vie.


Invitations au voyage

dimanche 6 janvier 2013

Horreur !

Mon vœu pour cette nouvelle année, c'est que toutes les personnes qui achètent des vêtements avec de la fourrure ou même des vêtements en cuir, et particulièrement ceux d'importation, fassent l'effort de visualiser cette vidéo :


Je vous préviens, les images sont insoutenables ! Mais j'aimerais quand même qu'avant de se mettre une peau de bête sur le dos, chacun regarde dans les yeux ce chien écorché vif qui agonise lentement.

Je sais : on me dira que le sort de nos animaux de batterie n'est pas brillant. Certes, d'immenses efforts sont encore à accomplir ! Mais il y a des lois. La cruauté gratuite est réprimée. Et personne, en Occident, ne pense que la souffrance de l'animal torturé améliore le goût de de sa viande...

Certains me diront aussi : comment peut-on se préoccuper du sort des animaux, quand tant d'être humains souffrent et meurent ? Je répondrai simplement que quand on est indifférent à la souffrance animale, cela conduit immanquablement à ceci : 


La Chine est un grand pays au passé prestigieux. Beaucoup d'individus y luttent quotidiennement pour les droits de l'homme et pour la compassion envers les animaux. 

Aidons-les dans leur combat, en refusant de cautionner la torture ignoble infligée à des chiens, chats et autres victimes dont la peau finira sur nos vêtements. Ces malheureux ne sont pas des des vestes ou des garnitures de fourrure sur pied, mais des êtres sensibles et aimants !