Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon ou explorer mon profil https://www.facebook.com/EBKoridwen et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc : une enthousiasmante communauté de plus de 4 000 passionnés du livre.

On m'a demandé ce que veut exprimer l'image ci-dessus. Réponse : le désir ardent – qui fonde l'art d'écrire – de rendre ses textes plus affûtés, plus rayonnants ;

l'amour de la littérature, le goût de l'atypisme, l'exigence vis-à-vis de soi-même… Mais par-dessus tout, je voudrais simplement être un peintre de la vie.


Invitations au voyage

mardi 28 octobre 2014

Blogger me rend folle

Je dois devenir parano : il m'arrive de m'imaginer que Blogger prend un malin plaisir à me contrarier. Quelque modification que je fasse, je n'obtiens jamais la taille de caractères ou la couleur de fond que je voudrais. Ni même la police, parfois. Je devrais peut-être l'appeler. Ne faites pas attention, c'est une très mauvaise blague. Blogger me rend folle, vous dis-je...


Peut-être s'agit-il là des joies de l'informatique - joies à peine entrevues à vingt ans, lorsque j'étais analyste programmeur opérant en Cobol et en Gap II sur un dinosaure, un monstre antédiluvien quand on y songe aujourd'hui, et pourtant la star de l'époque : l'IBM 4341. J'ai trop vite obliqué vers d'autres aventures, et je me retrouve plus larguée qu'un Papou en Antarctique. Les plumes en moins. (Je les ai perdues en route, au sens propre comme figuré).



À présent qu'il s'agit de "déplacer mon blog vers un domaine personnalisé", je me sens nue comme au jour de ma naissance. J'ai bien cherché à appliquer les consignes, avec l'impression déprimante d'essayer de piloter un Rafale en m'aidant d'un manuel rédigé en cantonais. Crash assuré. (Pour être parfaitement honnête, il ne le serait pas moins avec un manuel en français).



Décidément, l'informatique a couru beaucoup plus vite que moi pendant ces trente dernières années. Nous avons toutes les deux pris du poids, mais je suis bien la seule que cela handicape ; qui de nous deux écrasera l'autre, la question ne se pose plus. Elle ne s'est jamais posée, d'ailleurs. La lutte était inégale : la déesse Infomatique galope aussi fougueusement que la biche aux pieds d'airin. Chez moi, le b de biche a largement  fait place au q. De quiche. Qu'est-ce que vous imaginiez ?... 



Ah bon, il n'y a pas que moi qui suis la cible des facéties de Blogger (ou de Wordpress, etc) ? Tiens donc. Les plateformes de publication seraient des serial killers, ou plutôt des sadiques qui vous séquestrent à vie entre leurs lignes de code, dans une version moderne des "sens interdits" de Devos. Je m'en doutais un peu, au fond, mais ça ne me déplaisait pas de me croire la seule victime. Syndrome de Stockholm, sans doute. 



Bon, ben, désolée : j'y retourne !