Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon ou explorer mon profil https://www.facebook.com/EBKoridwen et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc : une enthousiasmante communauté de plus de 4 000 passionnés du livre.

On m'a demandé ce que veut exprimer l'image ci-dessus. Réponse : le désir ardent – qui fonde l'art d'écrire – de rendre ses textes plus affûtés, plus rayonnants ;

l'amour de la littérature, le goût de l'atypisme, l'exigence vis-à-vis de soi-même… Mais par-dessus tout, je voudrais simplement être un peintre de la vie.


Invitations au voyage

dimanche 6 décembre 2015

Les "sans-yeux"

Par le plus grand des hasards (mais le hasard n'existe pas!), je reviens un an jour pour jour après ma dernière publication sur ce blog, afin de réagir à quelques articles.

Le premier m'a révoltée :

J'ai été élevée dans la conviction que la culture en général, et la lecture en particulier, est non seulement l'une des clés de l'épanouissement, mais aussi un facteur essentiel de l'ascenseur social. À moins de vouloir considérer que chacun doit rester à sa place ; qu'il est interdit d'abattre les murs qui séparent les enfants défavorisés de ceux qui ont la chance d'être nés avec une cuiller en argent dans la bouche un livre dans la main ; et qu'en aucun cas, ces infortunés ne doivent être autorisés à grimper sur lesdits murs pour essayer d'élargir leur horizon...

https://www.facebook.com/198466886942224/photos/a.231483216973924.51273.198466886942224/788606187928288/?type=3&theater


Le pire, c'est que je comprends très bien ce qui anime la principale du collège, même si j'affirme qu'elle se fourvoie : pour elle (et pour bien d'autres, hélas) la culture est un affreux privilège de « l'élite », un outil de discrimination. Cette dame est convaincue que l'on ne peut pas restituer leur fierté aux non-privilégiés sans jeter le privilège lui-même au bas de son piédestal.

Le principe qui sous-tend une telle idéologie, c'est que respecter vraiment ces gens, ce n'est pas leur donner les moyens de rattraper les autres, mais au contraire, leur démontrer que ces autres ne sont en aucun cas « meilleurs ».
Je peux concevoir cette louable volonté, mais en fait, c'est un jeu de dupes.
Prenons l'exemple d'un adolescent qui pèse trois fois son poids normal. Plutôt que de l'encourager à maigrir, il peut paraître beaucoup moins discriminatoire de lui répéter qu'il est très bien comme il est ; que tous les gens plus minces sont d'affreux anorexiques. Et tant pis pour sa santé, tant pis pour les complexes qui le tortureront malgré tout, tant pis pour le rejet dont il fera l'objet de la part des imbéciles (parce que l'on peut dire ce que l'on veut, mais l'on ne change pas la nature humaine). Tant pis pour le danger qu'il y a à cliver ainsi les gens, à les dresser les uns contre les autres !

Revenons-en à l'article. Des principes honorables, mais dévoyés, conduisent cette dame à prétendre cataloguer la lecture comme un odieux symbole de classe. Alors qu'en réalité, la lecture nourrit, réchauffe, éclaire les foyers les plus démunis. Accessible à tous, elle permet à chaque individu de s'évader, de progresser, de voyager, de renverser les barrières. La lecture est à la fois un jeu, un remède, un outil, un véhicule, un passeport, un lexique, une longue-vue, et bien d'autres choses encore. Elle nous procure d'innombrables grilles de lecture, justement, grâce auxquelles toutes les possibilités, tous les aspects, toutes les visions du monde s'offrent et se dévoilent.


Donc, madame, je vous le demande : voudriez-vous que les « sans-dents » deviennent aussi des « sans-yeux » ?