Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon ou explorer mon profil https://www.facebook.com/EBKoridwen et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc : une enthousiasmante communauté de plus de 4 000 passionnés du livre.

On m'a demandé ce que veut exprimer l'image ci-dessus. Réponse : le désir ardent – qui fonde l'art d'écrire – de rendre ses textes plus affûtés, plus rayonnants ;

l'amour de la littérature, le goût de l'atypisme, l'exigence vis-à-vis de soi-même… Mais par-dessus tout, je voudrais simplement être un peintre de la vie.


dimanche 17 janvier 2016

Polémique-mac : par ici la sortie !

J'aimerais beaucoup passer à d'autres sujets, mais la polémique enfle tellement que je voudrais, moi aussi, pousser mon petit cri d'orfraie en forme de synthèse.
Alors allons-y, j'ouvre les vannes !

OUI, il existe des auteurs qui ne sont pas « doués » pour écrire, selon les critères communément admis ou selon des critères propres à chaque lecteur ; critères qui, les uns et les autres, valent ce qu'ils valent mais ne sont pas discutables.
Ce n'est pas une raison pour mépriser ces auteurs, mais aussi bien, ne pas aimer ce qu'ils écrivent est une raison légitime pour ne pas les lire.

OUI, il en existe d'autres (parfois les mêmes) qui ne prennent pas la peine de corriger leurs textes, ou estiment qu'à l'ère des sms, on peut aussi bien les lire tels quels.
Je trouve cela fort dommage pour l'avenir de leurs écrits, et si j'étais blogueuse littéraire, j'aurais, je le crains bien, tendance à considérer cela comme un certain manque de respect envers le lecteur ; mais je reconnais aux auteurs le droit de s'exprimer comme ils l'entendent.

OUI, c'est également le droit des blogueurs de ne lire que ce qu'ils veulent.
Spamer leur BAL, les harceler, s'énerver quand ils refusent ou ne répondent pas, c'est inexcusable !
Les uns ont le droit d'écrire, les autres de ne pas lire : voilà une évidence bonne à rappeler.

OUI, les blogueurs ont aussi le droit de critiquer les livres qui ne leur plaisent pas.
C'est leur travail, gratuit en plus, alors on ne va pas s'en plaindre ! D'ailleurs toute critique, même TRÈS sévère, est utile.
Il est donc indispensable que l'on respecte aussi le droit des blogueurs à critiquer.

OUI, il arrive (très rarement) de tomber sur une critique où le blogueur a paru prendre plaisir à tabasser l'auteur.
On préférerait voir à l'œuvre un principe de réciprocité : « J'ai le droit de ne pas te plaire – Tu as le droit de le dire – Restons corrects et n'attaquons pas l'autre en tant que personne ».
Surtout, n'oublions jamais que l'immense majorité des blogueurs se donne beaucoup de mal pour construire des critiques pertinentes et argumentées, malgré ce que cela représente en temps non rémunéré.

Alors, NON, les auteurs ne sont pas des génies incompris et maltraités, et ils ont le devoir impératif de respecter en toutes circonstances ceux qu'ils sollicitent,

NON, les auteurs autoédités ne sont pas non plus des médiocres, des aigris, des « refoulés » dans les deux sens du terme.

De leur côté, NON, les blogueurs ne sont pas des bénévoles, nuance : ils œuvrent gratuitement, mais pas par charité. Rien ne les y oblige, ils font cela pour leur plaisir, ne doivent rien à personne, et personne ne leur doit rien. Sauf, là encore, une politesse réciproque.

Par ailleurs :

OUI, quand on lit un article qui vous met en colère, on a le droit d'y répondre. Qui sème le vent récolte la tempête.
Cela vaut pour ceux qui ont trouvé l'article de Sophie Adriansen méprisant pour les auteurs ; j'en fais partie.
Cela vaut aussi pour ceux qui se sont indignés du terme de « liste noire » choisi par Alan Spade ; je le trouve beaucoup trop provocateur.
Mais peut-être était-ce un choix stratégique de la part de l'un et l'autre ? Auquel cas, en sur-réagissant, nous les aidons à faire le buzz.

Car OUI, il faut reconnaître que certains blogueurs « se payent » tel ou tel pour faire le buzz. La polémique, c'est vendeur !
Mais comme je ne suis pas dans leur tête, je serais bien incapable de discerner, après mûre réflexion, si Sophie Adriansen et Alan Spade ont pondu leurs articles respectifs pour se faire mousser ou pour exprimer une colère. Quoi qu'il en soit, peu importe : c'est leur droit et je le respecte.



Cela étant posé, NON, le propos des auteurs dans cette affaire n'était pas de renier le droit des blogueurs à lire ce qu'ils veulent.

NON, il n'était pas non plus question de se plaindre que les blogueurs fassent de mauvaises critiques. C'est leur rôle d'en faire quand ils le jugent bon.

Pour finir :

OUI, je trouve que l'idée d'Alan Spade, quelle que soit sa motivation, ainsi que le débat qui fait rage, aussi désolant qu'il puisse être, ont tous deux une utilité. Ne dit-on pas que de la discussion jaillit la lumière ?

Il existe depuis longtemps un annuaire des éditeurs. Il est indispensable aux auteurs débutants, qui peuvent ainsi s'abstenir de solliciter ceux qui, à coup sûr, ne seraient pas intéressés par leurs écrits.
Gain de temps et de peine pour les uns, comme pour les autres.

Un répertoire des blogs littéraires serait tout aussi utile.

Bien sûr, les blogueurs ne devraient pas y être inscrits d'office, mais seulement à leur demande.

Bien sûr, il ne s'agirait pas d'une « liste noire », mais d'un outil de travail.

Et naturellement, le meilleur de tous les outils reste encore la courtoisie, quel que soit le cas de figure.

Bref, si toute cette polémique aboutit à un tel résultat, alors je remercierai bien bas Sophie Adriansen et Alan Spade de l'avoir lancée...