Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon ou explorer mon profil https://www.facebook.com/EBKoridwen et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc : une enthousiasmante communauté de plus de 4 000 passionnés du livre.

On m'a demandé ce que veut exprimer l'image ci-dessus. Réponse : le désir ardent – qui fonde l'art d'écrire – de rendre ses textes plus affûtés, plus rayonnants ;

l'amour de la littérature, le goût de l'atypisme, l'exigence vis-à-vis de soi-même… Mais par-dessus tout, je voudrais simplement être un peintre de la vie.


Invitations au voyage

jeudi 11 février 2016

ARRÊTONS LE MASSACRE !


Je suis consciente de la souffrance animale depuis mon jeune âge, grâce à mes parents qui m'ont élevée dans un véritable refuge et dans le culte de la compassion - même si l'on croyait encore, à cette époque, que la viande est indispensable à la santé.


Progressivement, j'y ai renoncé ; et par un juste retour de karma, cela a considérablement retardé la destruction rénale complète que les médecins prédisaient à très court terme quand j'étais adolescente. Pas seulement, j'en suis convaincue, parce qu'un régime allégé en protéines et en graisses m'a été plus profitable. 

Je me suis toujours acharnée à démontrer autour de moi qu'une source de nourriture arrachée à un animal fou de souffrance et de terreur, prélevée, avant ou après sa mort, sur une victime si stressée qu'elle en est malade au sens propre du terme, NE PEUT PAS être bonne pour la santé.

Seulement, du fait de ma thrombophilie, les légumes riches en vitamine K me sont interdits, et l'état de mes reins m'impose de limiter strictement ma consommation d'algues (riches en protéines, iode, calcium, sodium, potassium... l'idéal, mais pas pour moi, hélas !), ce qui rend les choses très compliquées.

J'ai donc continué à consommer en bio des œufs de plein air et des laitages de chèvre. Ça paraît correct, non ? Eh bien, pas du tout. Car bio ne veut pas forcément dire "élevage non industriel", et même une exploitation de taille modeste n'est pas forcément synonyme de "bons traitements", comme le révèle ce témoignage.

http://lafermedesrescapes.over-blog.org/

Il est grand temps de réveiller nos consciences. Ce que nous faisons subir aux animaux, nos petits frères d'existence, est 100% injustifiable. Cette cruauté délibérée nous précipite au dernier rang des espèces en termes de valeur morale. Morale dont justement - non, injustement ! - nous prétendons qu'elle nous rend supérieurs à tous les autres êtres vivants...

MANGER DE LA VIANDE TUE. 
Des innocents - et, petit à petit, nous-mêmes.
NE L'OUBLIONS PAS.