Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon ou explorer mon profil https://www.facebook.com/EBKoridwen et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc : une enthousiasmante communauté de plus de 4 000 passionnés du livre.

On m'a demandé ce que veut exprimer l'image ci-dessus. Réponse : le désir ardent – qui fonde l'art d'écrire – de rendre ses textes plus affûtés, plus rayonnants ;

l'amour de la littérature, le goût de l'atypisme, l'exigence vis-à-vis de soi-même… Mais par-dessus tout, je voudrais simplement être un peintre de la vie.


Invitations au voyage

lundi 7 mars 2016

GARE À LA DÉMOCRASHIE...


Aujourd'hui, je vais une fois de plus me mettre des gens à dos. :-)

Je réagis à "Attentat démocratique"une vidéo visionnée sur le profil d'un auteur que je connais depuis peu, mais que j'apprécie beaucoup. 

Bien sûr, je partage l'opinion, exprimée dans cette vidéo, que notre représentation nationale et nos élites politiques font assez mal leur travail.

Voilà longtemps que je déplore leur sinistre habitude de se coopter en douce, empêchant tout nouveau venu non affilié au sérail de briguer de hautes fonctions, ce qui permet à ce cénacle défaillant de perdurer sans espoir de remède.

Je trouve que notre sacro-sainte démocratie est, davantage qu'une ploutocratie (pouvoir basé sur l'argent) plutôt une techno-bureaucratie, dirigée par une élitocratie de hauts fonctionnaires. D'où son manque de réalisme, sa distance avec le quotidien des administrés.


Mais les arguments présentés dans la vidéo Attentat démocratique manquent eux aussi de réalisme.

Ses auteurs citent en exemple la démocratie athénienne, « oubliant » qu'il s'agissait d'une communauté restreinte, donc facilement autogouvernable. 
Or, l'on ne gère pas un pays comme une ville.

Ils « oublient » surtout que les citoyens d'Athènes formaient une élite violemment xénophobe et sectaire, d'où étaient exclus les femmes, les esclaves et les « métèques » (ressortissants d'autres cités grecques).
Peut-on qualifier cela de modèle pertinent ?

Enfin, ils « oublient » aussi que le système athénien a cruellement prouvé ses limites.

Ruinée et affaiblie par la guerre contre Sparte, la cité avait retrouvé au IVe siècle avant J.-C. un élan « démocratique » avec l'ouverture de la fonction publique aux citoyens de condition modeste. Une mesure exemplaire, à première vue !

Hélas, Aristote et Aristophane, en particulier, n'ont pas tardé à émettre le constat que les « pauvres » étaient plus sensibles à la démagogie que les élites – ce qui n'a rien d'étonnant, puisque c'est l'éducation qui permet aux individus de devenir moins influençables.

De fait, ce glissement vers des sentences « populaires » a produit des décisions éminemment critiquables, comme la condamnation à mort de Socrate.

L'Histoire est ponctuée de massacres suscités par l'émotion populaire. Pour n'en citer que quelques-uns : la Saint-Barthélémy, la Terreur, les pogroms (et pas seulement sous Hitler ou Staline)...

En se distanciant de la démocratie directe, nos élites modernes ont cherché, entre autres motivations plus ou moins valables, à en atténuer les effets pervers.

Car là se situe le principal problème.

On imagine facilement que les auteurs de la vidéo « Attentat démocratique » se rêvent dans le rôle des fondateurs de la démocratie athénienne, des patriciens éclairés, désireux de contrer l'influence des bourgeois (eh oui, déjà!). 

Mais ensuite ? Une fois les « puissances de l'argent » et les technocrates jetés à bas de leur piédestal, comment sera gérée la nation (et ne parlons pas de l'Europe, de l'Occident, du monde) ?



Par référendum ? Soit. Mais peut-être faudrait-il se demander si tout le monde a une conception éclairée des « bonnes » décisions à prendre. Peu probable, n'est-ce pas ? Raison pour laquelle, sans doute, le suffrage universel produit si peu de bons résultats.

Si l'on mettait directement aux voix du peuple certains sujets, notamment ceux qui veillent à empêcher des majorités hostiles d'opprimer des minorités, que croyez-vous qu'il se produirait ?

Peut-on oublier que les chasses aux sorcières, aux Juifs, aux homosexuels, ont toutes été portées par l'enthousiasme populaire ?

Pour prendre un exemple basique et qui ne heurtera personne, croyez-vous qu'une majorité de citoyens voterait des lois protégeant les animaux ? 
On n'en a peut-être pas conscience dans les villes, dans des milieux résolument empathiques et progressistes, mais la plupart des individus se moquent éperdument de ce qu'il se passe dans les abattoirs, ne voteraient certainement pas contre la chasse, et trouvent tout à fait normal qu'un animal soit considéré comme un objet.


Alors, la solution pour une gouvernance plus juste et plus efficace reste sans doute à inventer.

Mais faisons en sorte de ne pas verser d'une démocratie imparfaite à la démocrashie, faute de pilotes dans l'avion.

En ces temps périlleux que nous vivons, avant de souffler sur les braises, songeons aux dégâts que pourrait produire un gigantesque incendie.