Bienvenue chez moi !

Sur ce blog, je dis ce que je pense.

Vous pouvez aussi consulter ma page auteur Amazon https://www.amazon.fr/Elen-Brig-Koridwen/e/B00NRZGMSY ou explorer mon profil https://www.facebook.com/editionsimaj et ses groupes associés, où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s blogueurs littéraires, auteurs, illustrateurs, etc.

Bonne visite...

vendredi 5 mai 2017

POUR NE PAS SE TROMPER : l'expression " et/ou autres"




Réjouissez-vous, ami(e)s auteurs, pour une fois le billet de ce jour va être très simple et très court. :-)

En littérature comme en journalisme et autres arts de la communication, l'expression et autres/ou autres, justement, se rencontre assez souvent.

Cette petite formule passe-partout évite une énumération fastidieuse – laquelle, de surcroît, obligerait l'auteur à ne rien oublier. 
En effet, imaginez un peu :

À cette cérémonie étaient présents le maire, le député Trucmuche, le président du conseil général, le chef de la police, le directeur du lycée Machin, le capitaine des pompiers, la bibliothécaire (etc, etc, on pourrait continuer longtemps. Et gare à vous si vous oubliez l'un de ces honorables participants).

Il est plus simple et plus prudent d'écrire :  

À cette cérémonie étaient présents le maire, le député Trucmuche, le président du conseil général et autres personnalités de Charbonneaux-les-Mines.


Et/ou autres est donc une expression "ouverte" qui permet d'entamer une énumération pour faire plus vivant, et de la clore par une généralité pour ne pas s'emm avec davantage de détails. 
Autrement dit, c'est un raccourci bien pratique pour un auteur. 

Exemple : 
Une soupe à base de carottes, poireaux et autres.


Si cette expression banale mérite un billet rien que pour elle, c'est parce qu'on lit ou entend très souvent la formulation fautive :

Une soupe à base de carottes, poireaux et autres patates.

Non et non ! Les patates sont priées de retourner s'enterrer dans le potager, d'où elles n'auraient jamais dû sortir. Enfin, pas nommément. Elles auraient dû rester sous-entendues dans "et autres", en compagnie du reste des ingrédients.


Quand on y réfléchit, la faute tombe sous le sens : "et autres patates" impliquerait que les carottes et poireaux précités sont des patates. Même dans la fiction la plus échevelée, rien à faire, ça ne passera pas. :-)


Il n'y a donc que deux formulations correctes.

La formule lapidaire (nous dirons "évasive" parce que ça fait plus élégant, mais dans un ouvrage littéraire elle peut être considérée comme un peu cavalière) :

Une soupe à base de carottes, poireaux et autres.

et celle, plus académique, où "et autres" est suivi d'un nom générique :

Une soupe à base de carottes, poireaux et autres légumes


Dernier point, et après je vous laisse préparer votre weekend :

Et/ou autres peut facultativement s'employer au singulier quand il est suivi d'un terme générique lui-même au singulier (genre, espèce, forme… mais aussi animal, individu, représentant).
En règle générale, les termes précédents sont aussi au singulier.
"Tout(e)" est souvent sous-entendu.

La lutte contre la peste, le choléra ou autre espèce de maladie.

L'entêtement, le déni et autre forme de mauvaise foi.

Une société répressive fustige le poète, le vagabond et (tout) autre individu considéré comme louche.

On craint les frelons, moustiques-tigres ou (tout) autre insecte dangereux.



(Tiens, voilà l'un des nombreux domaines où la réforme de l'orthographe a fait prévaloir la simplicité sur la logique. On écrivait des moustiques tigre (qui ressemblent au tigre – allusion à leurs rayures), de même que "des sans-abri" (qui n'ont pas d'abri). L'application uniforme du pluriel donne à entendre que ces moustiques sont aussi des tigres, et que seules peuvent êtres considérés comme "des sans-abris" les SDF qui ne possèdent pas plusieurs abris... J'en passe et des meilleures. Enfin, j'arrête de râler ; je fais de la résistance en tant qu'auteur, je ne vais pas vous prendre la tête en prime.) 


Finalement je me suis laissée aller à bavarder, comme d'habitude (encore un accord qu'il faudra que j'aborde dans un prochain billet : laissé aller ou laissée aller ? Là encore la réforme a tranché, mais je reste fidèle à la graphie classique, qui a un sens).
Bon, ça suffira pour aujourd'hui ! 

Excellent travail d'écriture à toutes et à tous