Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(s) : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

dimanche 30 septembre 2018

Autoédition : les précommandes sur Amazon – mode d'emploi.




Chers ami(e)s, je vous avais promis un petit compte-rendu sur ma récente expérience de la précommande sur Amazon. Qui devrait plutôt s'intituler « préventes », puisque la précommande est l'acte du lecteur et non celui de l'auteur, mais passons. 😀


De quoi s'agit-il ?


Amazon vous donne la possibilité de mettre votre roman en précommande, c'est-à-dire de proposer aux lecteurs de l'acheter jusqu'à 90 jours avant sa parution.

● La fiche de présentation de votre livre est mise en ligne sur le site dès le lancement de la précommande.

● Le jour où l'opération prend fin, le livre paraît et les lecteurs qui ont précommandé l'ouvrage le reçoivent automatiquement en priorité.

La précommande est actuellement réservée aux ebooks.



Mode d'emploi


Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur cette page de KDP, à lire attentivement.

En bref, il suffit d'enregistrer votre livre sur KDP en suivant ces instructions.

Vous choisirez au passage une date de parution. Trois ou quatre jours avant cette date, vous devrez, si ce n'est déjà fait, enregistrer sur KDP la version définitive de votre ouvrage. KDP vous rappellera régulièrement cette obligation par email. 

Je vous conseille en outre de noter la date et l'heure limite pour pouvoir les consulter en cas d'oubli. En effet, elles sont indiquées sur KDP, mais attention, pas sur le bandeau de votre livre dans votre Bibliothèque : il vous faudra mettre le pointeur de la souris sur les « … » situés à droite de ce bandeau, choisir « edit ebook content » (« modifier le contenu de l'ebook »), et c'est sur cette page-là, celle où l'on importe le fichier du texte et celui de la couverture, que figureront ces données cruciales.


Avantages de la précommande


● Faire parler de votre livre avant qu'il ne soit disponible. Accompagné d'un battage publicitaire adéquat, cela doit être assez efficace. Surtout si vous avez déjà des fans.

● Le faire monter dans le classement général ou ceux des catégories et sous-catégories.
Oui, parce que, comme les téléchargements gratuits, les précommandes comptent pour des ventes.
Peut-être aussi que les précommandes bénéficient d'une meilleure exposition globale sur Amazon. (Désolée, je n'ai pas cette info). En tout cas, une chose est sûre, c'est que les lecteurs à la recherche de livres en précommande trouveront plus facilement le vôtre, parce qu'il y a beaucoup moins d'ouvrages dans cette rubrique-là.

Quelle qu'en soit la raison, L'Oracle vaudou s'est retrouvé dès le premier jour à la 53e place du top « occulte », ce qui n'était jamais arrivé à l'un de mes livres le jour de sa parution. Cet effet s'est prolongé tout au long de la précommande et un peu au-delà.

Si quelqu'un parmi vous peut répondre à la question « était-ce grâce à l'opération de précommande, ou grâce au succès des volumes précédents de ma saga ? », il rendra service aux auteurs autoédités : entrer dans un top 100 de sous-catégorie, ce n'est pas ce qui fera de votre ouvrage un best-seller, mais cela peut représenter un petit coup de pouce appréciable pour les auteurs qui n'en avaient pas encore eu l'occasion.   

● Organiser à cette occasion une promotion, qui peut être graduelle : ainsi, pour compenser mon retard à livrer ce nouvel opus d'Élie et l'Apocalypse, j'ai d'abord proposé la précommande de L'Oracle vaudou à 0,99 € pendant 48 h, puis à 1,99 €, avant de mettre le livre à son prix définitif : 2,99 €.
(Prenez bien en compte le fait que le prix définitif devra s'appliquer avant la fin de la précommande, puisqu'après la date butoir, donc 3 ou 4 jours plus tôt, vous ne pourrez plus faire aucune modification.)

Cela dit, vous pouvez faire exactement la même chose au moment d'une parution normale ; votre livre sera peut-être un peu moins visible, c'est la seule différence.

● Vous encourager dans la dernière ligne droite du peaufinage, si nécessaire. Manœuvre dangereuse, comme nous allons le voir sans plus tarder ! 😱Si votre livre n'est pas tout à fait prêt, n'envisagez cette option qu'avec un confortable délai avant publication ; et encore, en priant pour ne pas vous retrouver entretemps hospitalisé, en voyage de noces impromptu ou naufragé sur une île déserte.


Inconvénients


Vous l'avez compris, je n'en vois qu'un, mais il est de taille : 
Vous avez tout intérêt à enregistrer sur KDP, dès le départ, une version définitive du livre – ou au minimum, de son début. 
Car…

● Attention ! Comme après une parution, les lecteurs pourront feuilleter l'extrait (qui correspond à 1/10e de l'ouvrage, soit 20 pages pour un livre de 200 pages). La notion de pages pour KDP n'est pas celle de votre document Word ou OpenOffice, alors prévoyez une marge de sécurité. 

● Attention (bis) ! Si, pour lancer la précommande, vous avez pris le risque d'enregistrer sur KDP une version non définitive, il vous faudra la remplacer par la version finale quelques jours avant la date de parution prévue. Si d'ici là, le ciel vous tombe sur la tête et que le manuscrit abouti n'est pas au rendez-vous, ça va être la cata : les lecteurs recevront un brouillon, ou du moins un machin non optimisé dont vous rougirez peut-être jusqu'à la fin de vos jours. Précisément ce qui m'est arrivé. 😥


Conclusion


●La précommande peut être intéressante si vous disposez déjà d'une fan base et/ou si vous l'accompagnez d'une grosse opération de communication.

● Pour lancer une publication en précommande, mieux vaut avoir déjà achevé le peaufinage et disposer d'un fichier définitif, que vous insérerez sur KDP dès le départ. Sinon, vous jouez avec le feu ! 😬
J'en ai fait l'amère expérience, en tombant malade pendant la quinzaine où j'aurais dû finaliser le manuscrit. Travailler 23 h d'affilée avant le couperet du 22 septembre à 23 h 59 ne m'a pas sauvé la mise.

En prime, j'ai dû continuer à remanier mon livre 12 h à 15 h par jour pendant les quatre jours suivants pour pouvoir, dès que L'Oracle vaudou a été en ligne le 26 septembre, remplacer en vitesse le fichier honteux par le fichier final.
C'est une solution désespérée, soyez-en bien conscients : du fait du décalage entre le moment où un livre apparaît comme « en ligne » sur KDP (souvent en pleine nuit 😩) et le moment où la nouvelle mouture est enfin disponible, la mauvaise version reste exposée au public pendant de nombreuses heures – voire, plusieurs jours…

Depuis lors, j'ai lancé des appels sur facebook pour inviter les lecteurs qui avaient précommandé la version pourrie à me contacter pour que je leur offre la « vraie » : pas de réponse. Je me console (mal) en me disant que s'ils sont auteurs, cela leur donnera un aperçu de la différence considérable entre un second jet et une forme aboutie. 😭

Lecteurs chéris, pardonnez-moi : promis, le ferai plus ! 😔

Amis auteurs, que ma mésaventure vous profite…




Excellente lecture et écriture à toutes et à tous.