Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

dimanche 18 avril 2021

Autoéditions : le projet Effeuilletons

 


Chers amis auteurs,

Je vous livre aujourd'hui, fraîchement extraite de mes archives, la maquette du premier projet de site que j'avais conçu il y a bien des années pour mettre en avant les auteurs indépendants : voir ce billet que je viens de compléter avec la même image. (Si vous n'arrivez pas à lire son contenu, vous pouvez faire une capture d'écran pour l'agrandir.)

Ce n'était qu'une piste parmi d'autres, rien de transcendant ; mais qui sait, peut-être cela donnera-t-il des idées à quelqu'un ?

Bonne écriture à toutes et à tous, prenez soin de vous et de vos proches et ne cessez jamais de penser par vous-mêmes !


mercredi 24 mars 2021

La fabrique du vrai

 


Crédit photographique


Mes chers amis,

Comment ne pas vous partager ce texte du Dr Frédéric Badel 1, véritable vak-seing contre l'aliénation en cours ?

J'ai la chance de compter au nombre des résistants-nés qui portent en eux les ressources nécessaires pour ne pas laisser contaminer par cette lèpre. Pas seulement parce que je fais partie des personnes averties de ce qu'il se passe 2, mais parce que je suis rétive par nature à la manipulation mentale, portée à m'informer moi-même et (reconnaissance éternelle à mes formateurs !) pourvue des outils qui permettent de le faire – en termes de bagage, mais surtout d'esprit critique, de capacité de recul et de répugnance aux simplifications clivantes.

Cela m'oblige à partager mes ressources dans la mesure du possible. Je m'en acquitte volontiers, parfois sans filtre.

Comme beaucoup d'autres, j'ai sonné le tocsin à l'apparition de la bestiole sur notre territoire. Quiconque savait d'où elle sortait ne pouvait que redouter le pire. Cependant, on n'a pas tardé à constater que la provenance n'était pas synonyme d'une létalité hors normes, très loin de là.

Il y avait beaucoup plus préoccupant : le modèle choisi pour « gérer la crise ».

C'est avec horreur qu'un an après, j'observe le scénario qui continue à se dérouler. Avec consternation que je vois une partie de la population, y compris des gens que j'apprécie, tomber dans le panneau et se faire les zélateurs inconscients de cette arnaque à grande échelle.

J'ai été obligée d'effacer les premiers billets et conversations par lesquels j'essayais trop ouvertement de mettre en garde mes amis facebook, de leur faire prendre conscience de certains mensonges instaurés en vérités révélées, des pièges qui leur étaient tendus et du fait que la situation, les objectifs, n'étaient peut-être pas ceux qu'ils croyaient.

Je n'apporte plus qu'une contribution ultra-dérisoire, mais j'espère qu'elle sera utile à quelques-uns. Je ne suis d'aucun bord idéologique, d'aucune tendance, d'aucune forme d'intérêt, et je ne vous tiens ces propos que parce que je m'en voudrais de ne pas le faire.

Cessez d'avoir peur, je vous en conjure. Rien ne serait pire pour votre santé et pour nos libertés.

Armez-vous de sang-froid, de raison, d'informations sourcées, plutôt que de sectarisme ou de soumission.

Revenez à l'ouverture d'esprit, à la défense des liens sociaux et affectifs, plutôt que d'accepter la société déshumanisée et faussement éthique que j'ai commencé à décrire il y a plus de treize ans dans Élie et Apocalypse.

Ne pratiquez pas l'évitement (chercher toujours le moindre problème, imiter le troupeau, renoncer à penser par soi-même et se réfugier dans l'obéissance). En certaines circonstances, il faut simplement rester debout.

Au lieu de laisser des malintentionnés bricoler notre consentement, fabriquons du vrai.

Place à la prise de conscience ! Suivez ce lien.

À bientôt, mes chers amis. Portez-vous bien, prenez soin de celles et ceux que vous aimez et n'oubliez jamais à quel genre de monde vous êtes légitimement attachés.


1  Peu m'importe pour qui il roule, le cas échéant. Il apporte en l'occurrence des éléments utiles, voilà ce qui compte.

2  Cela ne signifie pas « prévenues à l'avance », bien entendu, mais : qui ont déjà observé de tels phénomènes, en ont fait l'expérience ou connaissent de l'intérieur les milieux concernés.


vendredi 12 mars 2021

THÉRAPIE ANTISTRESS : jouons à mieux comprendre (4)

 


Crédit photographique



Alors, ces "vaxins" (1), thérapie génique ou pas ? On n'est pas des complotistes, on ne va pas spéculer sans savoir. Le plus sûr est de consulter les informations fabricant.

En l'occurrence, celles publiées par Bi…N…ch, auteur du brevet et co-fabricant avec Pf…er du "vaxin" Cor…ty.

Ah. Euh, ben… Mince, alors ! Voilà, j'ai la réponse. Et vous ?


(1) Le partage de ce billet m'a valu un avertissement de fb. C'est dire dans quel monde on vit désormais.

samedi 27 février 2021

CAS DE CONSCIENCE

 


Crédit photographique



Contrairement à mes billets précédents, il n'est pas question ici de thérapie antistress, ni d'un "jouons à mieux comprendre", même s'il s'agit encore de bien comprendre ce qu'il se passe.

Je sais que cette vidéo est perturbante, mais il faut réellement faire l'effort de la regarder. En n'oubliant pas 2 éléments : 

– De telles décisions sont prises sur la base de tests PCR fortement remis en question (voir cet article sur un site que l'on ne peut soupçonner de complotisme, et ce rapport d'examen qui nous éclaire sur le scandale Drosten en cours en Allemagne).

– L'immense majorité des décès covid concerne des personnes âgées sur-fragilisées par des comorbidités (maladies aggravantes). Voir ces statistiques de l'Institut national d'études démographiques.

Les comorbidités sont encore plus déterminantes chez les personnes de moins de 60 ans. Le Canada, par exemple, a établi que pour cette tranche d'âge, elles sont présentes dans 97 % des décès.

Cela ne signifie pas que la mort de ces victimes de la covid n'a pas d'importance – c'est une tragédie ! –, mais que, selon toute vraisemblabilité, une mauvaise grippe les aurait fauchées pareillement, comme en 2017 (statistiques INSEE).


Partant de là, on peut comprendre ceux qui considèrent qu'infliger une peine d'isolement à nos aînés, comme à de dangereux criminels, et les laisser mourir de stress et de solitude, est une cruelle aberration.

Surtout à présent qu'il se confirme que la vaccination ne changera rien à ces mesures censées les protéger.

L'être humain a besoin de contacts humains, de présence, de câlins. Mourir de maladie est-il pire que d'être privé de tout cela durablement – et même, trop souvent, jusqu'à ce que mort s'ensuive ? La question mérite d'être posée.


 

mercredi 24 février 2021

THÉRAPIE ANTI-STRESS : jouons à mieux comprendre (3)

 


Crédit photographique



Exercice n° 3 : se fier à ce qui fait autorité


Vous avez dit : vaccins ? Sur ce sujet, on lit et entend tout et son contraire. En pareil cas, la meilleure option est de rechercher des sources incontestables.

Et peut-on faire mieux que le très officiel VIDAL, ouvrage de référence agréé par la Haute Autorité de Santé ?

Un conseil : lire jusqu'au bout, en s'intéressant notamment aux passages concernant l'efficacité sur les formes graves (puisque c'est sur elle que repose toute la communication) ainsi que sur l'efficacité contre la transmission du virus (qui reste inconnue à ce jour, puisque non documentée par les fabricants). Les notions d'effets indésirables, en fin d'article, méritent également un examen attentif.



THÉRAPIE ANTISTRESS : jouons à mieux comprendre (2)

 


Crédit photographique



Exercice n° 2 : observer aussi ce qu'il se passe ailleurs


Traduction de l'article du Welt, un poids-lourd de la presse allemande :


Le ministère de l’Intérieur a incité les scientifiques à justifier les mesures anti-coronavirus


Un important échange de correspondance, publié par le WELT AM SONNTAG [édition dominicale du quotidien Die Welt], montre que le cabinet du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer a instrumentalisé les chercheurs au cours de la première phase de la pandémie. Suite à quoi ils ont fourni au ministère des conclusions dramatiques sous forme de « document secret ».

Au cours de la première vague de la pandémie de coronavirus en mars 2020, le ministère fédéral de l’intérieur a sollicité des scientifiques de plusieurs instituts de recherche et universités à des fins politiques. Il a chargé les chercheurs de l’Institut Robert Koch et d’autres institutions d’élaborer un modèle de calcul sur la base duquel l’autorité du ministre de l’intérieur, Horst Seehofer (CSU), voulait justifier des mesures sévères contre le coronavirus.

C’est ce qui ressort d’une éclairante correspondance interne de plus de 200 pages entre la direction du ministère de l’Intérieur et les chercheurs, en possession du WELT AM SONNTAG. Un groupe d'avocats s'est procuré les courriers électroniques dans le cadre d’une procédure juridique de plusieurs mois avec l’Institut Robert Koch.

Par exemple, dans le cadre de l’échange de courriers électroniques, le secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur, Markus Kerber, demande aux chercheurs contactés d’élaborer un modèle sur la base duquel des mesures de nature "préventive et répressive" pourraient être planifiées.

Selon la correspondance échangée, les scientifiques ont, en quatre jours seulement, élaboré en étroite concertation avec le ministère un document secret dont les conclusions ont été répercutées par différents médias dans les jours suivants.

Il a été calculé un scénario « pessimiste » selon lequel plus d’un million de personnes pourraient mourir du coronavirus en Allemagne, si la vie sociale se poursuivait comme avant la pandémie.





samedi 13 février 2021

Le règne des experts en manipulation

 


Crédit photographique


Chers amis, en ces temps de désastre, je ne résiste pas à l'impulsion de partager avec vous des extraits assez prophétiques d'un ouvrage rédigé en 1990 par le reporter de guerre Jean Lartéguy : Le roi noir.

Ce titre désigne le pétrole. Par extension, il critique la nuisance des puissants intérêts industriels et financiers qui sévissent partout dans le monde.

Dans ce roman très documenté, Steve est un journaliste corrompu et Michael, un haut fonctionnaire véreux, habile tireur de ficelles au service desdits intérêts.

« — Non, Steve, ce n'est plus le journaliste qui se tient sur le char du triomphe, à côté de César, mais sa contrefaçon : l'homme des médias. Celui-ci n'a plus besoin des talents et des connaissances qu'on exige des vrais professionnels de la presse. On lui demande seulement d'être un visage, une voix, une image que le petit écran projette dans tous les foyers où elle s'installe comme un mauvais génie. Il est la vérité, il est la renommée, il y a longtemps qu'il a balancé César de son char pour occuper sa place. Avouez, Steve, que vous ambitionnez de tenir ce rôle : être roi d'une foule d'ilotes. Pourquoi, me direz-vous, se conduire en sage, se montrer lucide en ces temps de démence où tous les fruits sont bons à cueillir ?

— Qu'offrent à l'humanité les gens de votre sorte, Michael ?

— Les grandes surfaces, temples de la nouvelle foi, la vie en troupeau, la paix des étables plutôt que le fracas des batailles et le silence des cimetières.

(…)

[Michael] méprisait plus encore les politiciens qu'il savait si bien servir et desservir, car il n'ignorait rien de leurs compromissions avec l'argent. Il n'était pas dupe de leur puissance, sachant qu'ils se laissaient porter par les événements plus qu'ils ne les dirigeaient en dépit des spécialistes, des experts, des devins tout aussi ignorants qu'eux qui les conseillaient.

Il méprisait aussi la presse qu'il utilisait, les médias qui, selon lui, régneraient désormais sur une humanité abêtie et qu'il était bien décidé à contrôler.

— L'humanité, disait-il, a perdu ses dieux et les idéologies sont mortes. Pour la rassurer, elle n'a plus que l'argent qui comble sa boulimie de nourritures écœurantes, de sexe, de gadgets inutiles, de drogues et de prêches rassurants. »


Aujourd'hui, nous traversons des temps difficiles, où ce qui est décrit plus haut semble donner sa pleine mesure. Mais, courage ! Des vérités commencent à se faire entendre. Malheureusement, je ne peux plus aider à la réinformation, hormis en filigrane au travers de fictions généralistes. (Certains d'entre vous auront peut-être remarqué la suppression de mes billets récents. Je n'ai pas eu le choix ; veuillez accepter mes excuses.)

Occupée à parachever le volume 6 d'Élie et l'Apocalypse, je dois demander à mes lecteurs d'être patients : comme tous les volumes complets, celui-ci ne vous sera proposé qu'une fois entièrement réécrit, augmenté de nombreux passages inédits et assorti d'un supplément en résonance avec l'actualité.


En attendant, portez-vous bien, prenez soin de vous-mêmes et de vos proches, faites preuve d'esprit critique vis-à-vis de la propagande/désinformation médiatique, et essayez envers et contre tout d'être aussi heureux que possible !