Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

samedi 13 février 2021

Le règne des experts en manipulation

 


Crédit photographique


Chers amis, en ces temps de désastre, je ne résiste pas à l'impulsion de partager avec vous des extraits assez prophétiques d'un ouvrage rédigé en 1990 par le reporter de guerre Jean Lartéguy : Le roi noir.

Ce titre désigne le pétrole. Par extension, il critique la nuisance des puissants intérêts industriels et financiers qui sévissent partout dans le monde.

Dans ce roman très documenté, Steve est un journaliste corrompu et Michael, un haut fonctionnaire véreux, habile tireur de ficelles au service desdits intérêts.

« — Non, Steve, ce n'est plus le journaliste qui se tient sur le char du triomphe, à côté de César, mais sa contrefaçon : l'homme des médias. Celui-ci n'a plus besoin des talents et des connaissances qu'on exige des vrais professionnels de la presse. On lui demande seulement d'être un visage, une voix, une image que le petit écran projette dans tous les foyers où elle s'installe comme un mauvais génie. Il est la vérité, il est la renommée, il y a longtemps qu'il a balancé César de son char pour occuper sa place. Avouez, Steve, que vous ambitionnez de tenir ce rôle : être roi d'une foule d'ilotes. Pourquoi, me direz-vous, se conduire en sage, se montrer lucide en ces temps de démence où tous les fruits sont bons à cueillir ?

— Qu'offrent à l'humanité les gens de votre sorte, Michael ?

— Les grandes surfaces, temples de la nouvelle foi, la vie en troupeau, la paix des étables plutôt que le fracas des batailles et le silence des cimetières.

(…)

[Michael] méprisait plus encore les politiciens qu'il savait si bien servir et desservir, car il n'ignorait rien de leurs compromissions avec l'argent. Il n'était pas dupe de leur puissance, sachant qu'ils se laissaient porter par les événements plus qu'ils ne les dirigeaient en dépit des spécialistes, des experts, des devins tout aussi ignorants qu'eux qui les conseillaient.

Il méprisait aussi la presse qu'il utilisait, les médias qui, selon lui, régneraient désormais sur une humanité abêtie et qu'il était bien décidé à contrôler.

— L'humanité, disait-il, a perdu ses dieux et les idéologies sont mortes. Pour la rassurer, elle n'a plus que l'argent qui comble sa boulimie de nourritures écœurantes, de sexe, de gadgets inutiles, de drogues et de prêches rassurants. »


Aujourd'hui, nous traversons des temps difficiles, où ce qui est décrit plus haut semble donner sa pleine mesure. Mais, courage ! Des vérités commencent à se faire entendre. Malheureusement, je ne peux plus aider à la réinformation, hormis en filigrane au travers de fictions généralistes. (Certains d'entre vous auront peut-être remarqué la suppression de mes billets récents. Je n'ai pas eu le choix ; veuillez accepter mes excuses.)

Occupée à parachever le volume 6 d'Élie et l'Apocalypse, je dois demander à mes lecteurs d'être patients : comme tous les volumes complets, celui-ci ne vous sera proposé qu'une fois entièrement réécrit, augmenté de nombreux passages inédits et assorti d'un supplément en résonance avec l'actualité.


En attendant, portez-vous bien, prenez soin de vous-mêmes et de vos proches, faites preuve d'esprit critique vis-à-vis de la propagande/désinformation médiatique, et essayez envers et contre tout d'être aussi heureux que possible ! 


4 commentaires:

  1. Heureux d'avoir de tes nouvelles, Elen. Tu en es réduite, comme nous tous, à parler par allusions, métaphores et allégories. Pour ma part, je trouve réconfort dans des lectures telles que La pensée captive, de Mimosa, 1984 ou Le virus et le président, d'Izambert et Janvier. Merci pour cet extrait de Lartéguy, que je ne connaissais pas. Nous finirons tous par nous composer une "Bibliothèque du Désastre".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, mon cher Guy. Espérons qu'à force, la vérité finira par se faire reconnaître (nonobstant les intérêts en jeu et les intégrismes, scientiste ou technocratique) et que l'étau se desserrera.

      Supprimer
  2. te voilà revenue et de belle manière. bonjour par ici

    RépondreSupprimer