Bienvenue chez moi ! Sur ce blog, je dis ce que je pense. Bonne visite...

Vous pouvez aussi explorer ma page auteur Amazon ou mon profil facebook et sa quinzaine de groupes associés (des outils à vocations spécifiques pour les auteurs, blogueurs, illustrateurs et prestataires du livre), où vous découvrirez l'actualité de mes ami(e)s : une enthousiasmante communauté de plus de 6 000 passionnés.

dimanche 23 janvier 2022

Stop !

 


  Crédit photographique

 

 

Petit à petit, des ressorts de la crise actuelle commencent à être décryptés par certains des commentateurs qui se laissaient manipuler.

Le rôle sordide des enjeux financiers et de la corruption devient flagrant.

Les observateurs les plus avertis entrevoient les objectifs politiques, stratégiques, embusqués derrière les premières évidences.

Mais je suis sidérée de constater que personne ne prend en compte l'un des facteurs aggravants de cette entreprise criminelle : au-delà du mépris, de l'égocentrisme, il y a la cruauté. La jouissance d'écraser les faibles, ceux « qui ne sont rien » et, de ce fait, se trouvent à la merci de leurs bourreaux tout-puissants.

Engoncés dans le confort (encore relativement douillet) d'une société tout en trompe-l'œil, beaucoup de citoyens demeurent inconscients des réalités de la nature humaine. Malgré les scandales récurrents de viol et de pédophilie – d'ailleurs largement sous-exposés –, ils ignorent l'effrayante prévalence du sadisme dans les cercles de pouvoir. *

Nous ne parlons pas ici d'un petit jeu sexuel entre partenaires consentants, mais de la pire des perversions : un authentique plaisir à faire souffrir des victimes impuissantes et, pour finir, à les anéantir.

Depuis bientôt 2 ans, on maltraite nos vieillards, on maltraite nos enfants. Les tentatives de suicide ont triplé chez les jeunes. Des enfants de 6 à 9 ans passent à l'acte, et trop d'entre eux n'y survivent pas. Tragédie sans précédent – comme l'est leur souffrance quotidienne… si facile à ignorer, puisque le plus souvent intériorisée, ainsi que le sont tant de violents traumas psychiques.

Vous vous bercez de l'illusion que tout cela émeut nos élites ? Apprenez que, bien au contraire, cela excite très fort une partie d'entre elles. Voilà pourquoi une frange complotiste évoque leur « satanisme ». Sans endosser ce vocabulaire, je souscris au constat. Oui, ces sombres pulsions  existent, et sont même assez répandues. Alors ne comptez pas trop sur nos dirigeants mondiaux pour s'extraire volontairement de leur dirty trip.

Réveillez-vous. Dites stop. Protégez les innocents.



* Et à tous les niveaux de la société, bien sûr. Mais l'exercice du pouvoir peut décupler à la fois les mauvais instincts et le sentiment d'impunité, tout en procurant les moyens d'assouvir sa cruauté.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire